Décidément, le temps à Berlin est passé très très vite.
Nous n’avons pas eu beaucoup de temps pour faire du tourisme (heureusement, nous connaissions déjà bien la ville).

Après la visite touristique sur l’itinéraire durable proposé par notre partenaire ID 22 (je dis partenaire, car nous avons déjà plusieurs idées de projets à mettre en oeuvre l’an prochain avec eux…), nous avons passé le mercredi AM à découvrir un nouveau projet, porté, entre autres, par Michael LaFond (de ID 22) et qui se trouve le long de la Spree. Le projet repose sur une coopérative et vise à développer un projet communautaire très abouti, où environnement et culture ont pleinement leur place. Spreefeld (du nom du projet) nous a vraiment séduits. Bien qu’il ait fallu commencer par une conférence en allemand sur la permaculture (exercice périlleux!), nous avons fini par rencontrer plein de personnes très intéressantes et nous avons surtout pu faire une longue interview de Michael, qui est une source intarissable d’informations. (très vite un article complet sur le sujet!)

Le lendemain, nous avons pu nous balader un peu dans un projet que nous avions repéré en 2009, porté par RAW, près de Warschauer Strasse. Le projet que nous avions identifié propose un skate-park, un mur d’escalade en extérieur, des bars, un resto végétarien, un centre culturel (Cassiopea), qui organise aussi des cinémas de plein air et des clubs. L’endroit est assez extraordinaire pour faire des photos d’art urbain et nous avions gardé un super souvenir de cette friche. Néanmoins, à force de pérégrinations et de questions posées à la volée, nous avons découvert que RAW n’a rien d’un projet collectif. L’ensemble des structures fonctionne en individuel et la logique économique est celle qui prime. Ce fut tout de même intéressant de prendre du temps et de voir comment le lieu a évolué depuis notre dernier passage. Moins enclavé, plus ouvert vers l’extérieur.

Après une balade dans Prenzlauer Berg, nous avons rencontré Arnaud Breton, un jeune stagiaire français, croisé la veille sur Spreefeld. Il est sur Berlin pour 5 mois et se consacre à des interviews de conseils de surveillance ou de directoires de coopératives d’habitants. Une interview de plus, qui nous a permis de découvrir le nombre et le poids des coopératives d’habitants en Allemagne. Les premières se sont développées dans les années 1870, mais le gros du mouvement a surtout vu le jour après la Seconde Guerre Mondiale et ensuite, dans les années 1970. Près de 100 000 personnes sur l’Ouest de Berlin sont concernées et plus de 200 000 sur les quartiers est. Les coopératives ont différentes formes, mais la plupart sont locatives. Nous consacrerons également un article à ces coopératives dans les pages projets.

Vendredi, nous avons quitté Chris et Julie et notre super chambre pour retourner dans le quartier de Friedrischshain que nous aimons bien, à la pension Regenbogen. Une pension rétro, près des allées staliniennes de la Frankfuter Tur… où nous avions atterri en 2009. Rendez-vous matinal à la UFA-FABRIK avec Michael, une des membres de son équipe, Mareen et Werner, le Monsieur Développement Durable du lieu. Une révélation cette endroit ! Une boulangerie bio, une école libre, une gestion équilibrée et auto-suffisante de l’énergie (produite grâce à des énergies renouvelables), un centre culturel international reconnu (et membre de réseaux prestigieux tels que TransEuropeHalles ou IETM), un café, une auberge et tant d’autres projets incroyables… le tout porté par un collectif de 30 personnes… et 200 employés ! Mais vous trouverez très vite plus de détails sur ce lieu unique, qui nous a laissés songeurs… même dans l’action ! Car qui dit collectif, dit action et nous étions rapidement les râteaux à la main, les Kways sur le dos pour mieux préparer le camping qui va accueillir les partenaires de ID22 lors des journées expérimentales prévues en septembre prochain.

Frénétiquement, une soupe de lentilles dans le bide, nous avons dû quitter nos nouveaux amis pour filer à un autre rendez-vous avec une militante très engagée dans les jardins communautaires de Tempelhof (l’aéroport, dont nous parlions dans le 1er post berlinois). 2H d’entretiens… et la journée s’achevait sur une impression d’une ENORME journée de boulot.

Et comme même le WE, on n’arrive pas à ne pas penser Utopies réalistes, nous avons profité de cette journée un peu plus calme pour nous promener dans un des plus beaux jardins collectifs de Berlin : Prinzessinnengarten, en plein centre de Kreuzberg. Un très beau projet là aussi, qui s’ouvre largement aux passants, aux badauds et aux amoureux de nature.

Dimanche, quelques marchés aux puces, un brunch dans le ventre et on partait vers d’autres aventures, direction la Pologne !